La véritable innovation de Gutemberg

Posted on 16/09/2010

0


L’imprimerie (1439) est étroitement liée au développement de l’humanité et de la culture en général parce qu’elle permet toujours une diffusion à moindre coût, rapide du savoir. L’innovation de Gutenberg est donc moins d’avoir inventé des caractères mobiles en plomb pour reproduire le savoir, que de permettre, de cette manière, de booster la production du livre en Europe et d’en élargir largement la diffusion.

L’homme a toujours développé des moyens de communiquer et cherché à diffuser et pérenniser la connaissance ainsi qu’à automatiser ces moyens de reproduction. Ainsi, au Moyen Âge, les textes étaient peu répandus car peu de gens savaient lire. Les livres étaient produits ou reproduits dans les monastères par des moines copistes.

Selon la légende, c’est en voyant fonctionner un pressoir à vin à Strasbourg, que Gutenberg eut l’idée d’inventer un nouveau procédé d’impression qui permit de produire 180 Bibles en l’espace de trois ans, alors qu’un moine recopiait une Bible dans le même temps.

Révolution culturelle

En imaginant la mobilité des caractères et en améliorant leur longévité grâce à leur consistance métallique, Gutenberg rendait les caractères réutilisables et interchangeables. Cette innovation a provoqué une révolution culturelle : le livre est rendu public, dans les villes commerçantes et universitaires, et les ateliers d’imprimerie se multiplient, augmentant la production des livres. Cette révolution s’étend à toute l’Europe, principalement en Italie et aux Pays-Bas.
Cette révolution dans l’imprimerie souleva de nombreuses inquiétudes : les copistes se voyaient réduits au chômage et les bibliothécaires s’imaginaient que leurs bibliothèques seraient vides de tous manuscrits. Les manuscrits ont gardés une grande valeur grâce à leur contenu, à leur forme, à leurs écritures délicates et à leurs enluminures³. A cette époque, les amateurs commencèrent, déjà,  de collectionner des manuscrits.

Démocratisation du savoir

Grâce à cette explosion culturelle, le savoir n’est plus réservé aux clercs. L’accès plus facile à la connaissance développe le partage des idées, l’esprit critique et, avec lui, l’humanisme.

Dieu souffre parce qu’une grande multitude ne peut être atteinte par la parole sacrée. La vérité est captive dans un petit nombre de manuscrits qui renferment des trésors. Brisons le sceau qui les lie, donnons des ailes à la vérité, qu’elle ne soit plus manuscrite à grands frais par des mains qui se fatiguent, mais qu’ils volent multipliés par une machine infatigable et qu’ils atteignent tous les hommes.

Source article : Wikipedia

Publicités
Tagué:
Posted in: Médias, Personnages