Média, support… Chou vert et vert chou?

Posted on 16/09/2010

0


Média, support, il existe une grande confusion – surtout depuis l’apparition des formats et supports numériques – entre ces termes, souvent utilisés l’un pour l’autre. Quelques définitions et explications…


Le mot média désigne aujourd’hui deux choses : les médias de masse et les médias numériques et électroniques. Lorsque nous disons « les médias » dans le langage courant, c’est bien aux médias de masse que nous faisons référence. Ils présentent 4 caractéristiques de base :

  • la communication y est de « un vers plusieurs » ;
  • la communication est unidirectionnelle : le destinataire de l’information n’a quasiment aucun moyen de devenir émetteur dans le même médium, de part la nature même de celui-ci. On peut noter des efforts de la part des émetteurs pour inclure la parole du destinataire : courrier des lecteurs dans la presse écrite, jeux télévisés « interactifs », questions des auditeurs à la radio et à la télévision, participation du public dans certaines émissions, etc. Dans tous les cas c’est l’émetteur qui décide qui, parmi les destinataires, va dire quoi, quand, où et comment ;
  • l’information est indifférenciée : tout le monde reçoit la même chose au même moment. À la télévision, la simultanéité de la temporalité de la réception est désormais altérée par l’usage des magnétoscopes ;
  • l’information est linéaire et se déroule selon des séquences prédéfinies.

Les médias numériques et électroniques recouvrent des réalités et des pratiques différentes dans leur nature et leur structure, mélangeant souvent les termes support et média. Définissons-les.

Qu’est-ce qu’un média ?

Un média est un moyen de diffusion, de transmission et de communication de l’information. Information est ici entendue au sens de la théorie de l’information (un ensemble de « données », quelles que soient leur « matière » et leur « mise en forme », leur organisation et indépendamment de leur sens, de leur signification) et non au sens journalistique du terme.
Quelques exemples de médias :

  • La voix humaine – sans doute le plus ancien
  • Le corps humain – outil de communication non verbale
  • Les signaux de fumées, lumineux, sonores, etc.
  • Le théâtre – en tant que dispositif de représentation (scène, coulisses, éclairage, salle, etc.) et en général tous les dispositifs pour le spectacle vivant (concert, danse, etc.).
  • Le livre, le journal, la revue, l’imprimé en général.
  • Le cinéma – en tant que dispositif de projection (salle, écran, projecteur, etc.).
  • La radio, la télévision
  • Le magnétoscope, le magnétophone, les équipements divers de lecture de produits enregistrés
  • Les systèmes de télécommunications : télégraphe, téléphone, fax, Internet
  • L’ordinateur

Et le support, alors ?

Un support est l’objet dans lequel s’incorpore et se stocke l’information à transmettre. Quelques exemples de support :

  • Le cerveau humain – en tant que dispositif de mémoire
  • Le corps humain, support d’inscriptions ou de modifications (des peintures corporelles, tatouages et scarifications au body art et aux piercings), support de la mémoire aussi avec le cerveau.
  • Le vêtement : en Afrique, les impressions sur les tissus servant à confectionner les vêtements n’étaient pas purement décoratives.
  • Le livre, le journal, l’imprimé (affiche, etc.)
  • Le film (la pellicule)
  • La bande vidéo
  • Le cd, le cdrom, le disque, la disquette, le DVD
  • L’ordinateur (disque dur)

Kif kif, donc?

Le média et le support peuvent être identiques. C’est le cas du livre, par exemple. Et, de manière générale, de toute transmission par l’écrit. Dans le cas de la radio ou de la télévision, la bande ou le programme (audio ou audiovisuelle) est le support, le système de diffusion est différent.

La tendance est d’assimiler support et média dans le numérique, alors que, clairement, en informatique, supports et médias sont distincts? Quant à Internet, c’est un média, et certainement pas un support. Ce que les annonceurs ignorent souvent, se contentant de dupliquer en html une information source qui leur vient d’ailleurs. Il est vrai que publier en ligne oblige toujours à retraiter l’information autrement. Comme une histoire est adaptée au cinéma à partir d’un roman, par exemple. Parce que l’information brute provient toujours de 3 sources possibles : un texte « propriétaire » à l’annonceur, du contenu créé par les utilisateurs, du contenu lié provenant de dispositifs et sites tiers.

Publicités