Pour ou contre une charte éthique pour la télé-réalité?

Posted on 26/11/2010

0


Ce 26/11, nous avons vu au cours:

de la post-télévision aux prémisses de l’Internet :

  • la tentation d’un média collectif et intelligent
  • la naissance de l’homme-foule

Ces deux thèmes feront l’objet de votre présentation, la semaine prochaine, au cours. Nous utiliserons les notions d’intelligence collective et de « l’utilisateur comme média » pour faire la charnière entre la télévision et l’Internet.

Nous avons également débattu de l’opportunité de mettre en place une charte éthique pour la télé-réalité. Pour ce faire, nous nous sommes basés sur l’article paru dans Philosophie Magazine en mars 2010: « Faut-il une charte éthique pour la télé-réalité », pp. 46 et 47. Vos arguments pour et vos arguments contre ont été :

Pour Contre Note
Pour donner un sens moral à la télé-réalité C’est, le cas échéant, un cadre légal et commercial
qu’il faut mettre en place
Le principe d’une charte éthique est, précisément,
de donner un sens éthique. La loi et le commerce
ne sont pas ici directement concernés.
On parle bien, ici, de valeurs, de morale.
Pour éviter les extrêmes C’est le principe même de la téléréalité. Sans cela,
elle deviendrait ennuyante et inintéressante.
Une télé-réalité sans racisme, sans violence, est-elle ennuyante, inintéressante.
Est-ce à dire que la télé-réalité est nécessairement violente et pulsionnelle?
Pour éviter un traitement (long, lent) par une action légale. La fiction n’est pas une affaire de loi. La loi traite de la réalité Il serait intéressant de revenir sur la définition même
de ce qu’est la télé-réalité. Dans l’article, l’avocat précise qu’il a utilité cette qualification « réalité » ou « fiction » pour défendre le droits des acteurs de ces émissions.
Pour différencier clairement la réaité et la fiction On sait que c’est de la fiction. Dans ce cas, pourquoi cela s’appelle-t-il de la téléréalité? Ne devrait-on pas éduquer les téléspectateurs et les informer sur ce que c’est vraiment. Être plus clair, plus transparent sur la part réelle et la part fictionnelle de ces émissions: les particpants sont-ils des acteurs, jusqu’où ce à quoi on assiste en direct est vraiment du direct, spontané, sincère et véritable, ou une scène préparée, répétée et contrôlée?
Publicités